Les trackers ou ETF CAC 40 : un avantage non négligeable sur la fiscalité des dividendes

L'indice phare de la bourse de Paris, le CAC 40 est loin d'être diversifié par rapport à d'autres indices plus large comme le MSCI World, le S&P 500 ou l'Euro Stoxx 50. Pourtant, grâce à un avantage fiscal méconnu, il peut être intéressant d'avoir un peu de trackers ou ETF CAC 40 dans son portefeuille, d'autant plus que les frais de gestion sont faibles. En effet, les trackers CAC 40 ne paient pas d'impôt à la source chaque année. Sur le long terme, cette petite différence vous fera gagner plusieurs pourcents par rapport au CAC 40, en plus des dividendes !

Les trackers ou ETF CAC 40 présentent l'avantage non négligeable de ne pas payer l'impôt à la source en France

Le CAC 40 est l'indice boursier le plus connu en France : il représente les 40 plus grandes capitalisations des entreprises françaises, et dont le flottant est suffisamment liquide pour des échanges quotidiens. Aujourd'hui, le CAC 40 est un indice plutôt axé sur le luxe (LVMH, Kering et Hermès), avec aussi comme poids lourds Sanofi (secteur de la santé) et Total (pétrole et énergie). C'est un indice loin d'être diversifié comme le MSCI World (plus de 1 600 entreprises dans le monde entier) ou le S&P 500 (les 500 plus grandes entreprises américaines), voire même l'Euro Stoxx 50 (les 50 plus grandes capitalisations en Europe).

Note importante pour la suite de cet article : l'indice CAC 40 dont parle tous les médias est calculé hors dividendes, c'est-à-dire que cet indice baisse quand les actions détachent leurs dividendes (notamment durant le mois de mai où la majorité des entreprises détachent des dividendes). Néanmoins, tous les ETF CAC 40 tiennent évidemment compte des dividendes, ils suivent en fait l'indice CAC 40 Gross Total Return, qui inclut les dividendes hors impôts sur les revenus prélevés à la source.

Aujourd'hui, il existe deux principaux avantages pour les trackers CAC 40. Premièrement, ce sont généralement des trackers à faibles frais de gestion, aux alentours de 0,25 % par an. Certes, on peut trouver encore mieux avec des ETF S&P 500 à 0,15 % par an (je n'ai jamais compris pourquoi les frais étaient plus bas pour un indice américain). Mais à 0,25 % par an, on est déjà dans la fourchette basse des frais de gestion des ETF, et significativement inférieur aux fonds gérés dont les frais peuvent atteindre plus de 2 % par an.

Le deuxième avantage des ETF CAC 40 concerne la fiscalité des dividendes. En effet, les trackers ou ETF domiciliés en France n'appliquent pas, pour les résidents français, l'impôt sur les revenus prélevés à la source sur les dividendes. Cela représente en France une flat tax de 30 % sur les dividences, ce qui est loin d'être négligeable. Ainsi, vous pouvez avoir entre 0,2 et 0,4 % de surperformance par rapport à l'indice CAC 40 dividendes réinvestis (CAC 40 Gross Total Return) !

En conclusion, dans une optique de diversification, je vous conseille d'en avoir un peu de trackers ETF CAC 40 : cela ne mange pas de pain en plus des MSCI World, et cela vous expose à une sur-performance non négligeable, liée aux avantages fiscaux de ces ETF en France. Et comme de nos jours, les indices boursiers sont de plus en plus corrélés, le CAC 40 n'est pas un si mauvais indice, surtout depuis la prépondérance des valeurs dites de luxe, qui ne connaissent pas la crise, vu que les riches restent, le plus souvent, toujours riches !

Si vous souhaitez investir dans des ETF CAC 40 éligibles au PEA, les principaux trackers sont les suivants :

LYXOR CAC 40 UCITS ETF (CAC) - FR0007052782 - frais de gestion annuels à 0,25 % - dividendes distribués
AMUNDI CAC 40 UCITS ETF (C40) - LU1681046931 - frais de gestion annuels à 0,25 % - dividendes distribués
BNP PARIBAS EASY CAC 40 UCITS ETF (E40) - FR0010150458 - frais de gestion annuels à 0,25 % - dividendes distribués

Optimiser sa capacité d'emprunt en plus de sa capacité d'épargne avec l'investissement immobilier

Optimiser son épargne en investissant de manière efficace et diversifiée est une première étape essentielle. Et elle n'est pas toujours bien réalisée chez de nombreux épargnants. Mais il existe aussi une seconde étape toute aussi importante pour se constituer un patrimoine conséquent sur le long terme : il s'agit d'optimiser sa capacité d'emprunt, en empruntant de l'argent à un taux bas pour l'investir à un taux plus élevé. Cette capacité d'emprunt offre un effet de levier très puissant sur le long terme, mais elle ne peut être utilisée qu'au travers des projets immobiliers : soit de l'investissement locatif, soit l'achat de parts dans des SCPI à crédit. Il n'est intéressant d'optimiser sa capacité d'emprunt que si vous avez un profil qui permet de décrocher un très faible taux sur votre prêt : moins de 45 ans, bonne santé, revenus stables et importants, grande capacité d'épargne mensuelle, etc. C'est en jouant sur l'effet de levier de l'emprunt que vous pouvez espérer devenir rentier sur le long terme.

Emprunter à un taux avantageux pour investir est une excellente méthode pour se constituer un patrimoine à long terme

Si vous êtes en capacité d'épargner un peu d'argent tous les mois, la première chose que vous devez faire, c'est d'investir intelligemment cette épargne. C'est un des objectifs de mon blog : vous apprendre à mieux investir votre argent et à le faire fructifier sur le long terme, au travers de l'investissement passif et diversifié. Le PEA, l'assurance-vie et l'épargne salariale restent, de loin, les meilleurs dispositifs pour placer son épargne sur le moyen et long terme. Ils sont largement suffisants pour diversifier et valoriser votre épargne si elle ne dépasse pas 500 000 euros (ou 1 million d'euros pour un couple).

Mais investir son épargne disponible n'est pas suffisant si vous souhaitez devenir rentier ou vous constituer un patrimoine important dans les prochaines décennies. En effet, l'autre possibilité que peu de gens exploitent est d'utiliser l'effet de levier de l'emprunt pour investir. Pour simplifier, cela consiste à emprunter à un taux très bas grâce à sa situation personnelle avantageuse pour investir sur des placements à meilleur rendement. Aujourd'hui, en France, pour un particulier, il n'est possible d'emprunter pour investir que dans le cadre de l'immobilier : soit pour de l'investissement locatif avec l'achat d'un bien immobilier, soit pour l'achat à crédit de parts dans des SCPI. Si vous souhaitez investir dans des supports tels que des actions ou des obligations ou du crowdfunding immobilier ou tout autre placement, vous n'aurez pas d'autres choix que les prêts à la consommation. Cependant, je vous déconseille fortement les prêts à la consommation dont les taux sont bien trop élevés et les conditions très strictes.

Investissement locatif ou achats de parts de SCPI ?

C'est une question que se pose de plus en plus d'investisseurs qui cherchent à se diversifier dans l'immobilier. L'investissement locatif est souvent préféré (à tort ?) par les particuliers car le bien est tangible (vous pouvez le visiter, le toucher, c'est bien plus concret donc rassurant) et semble être plus sûr, à premier abord. Vous pouvez aussi rénover et améliorer votre bien immobilier pour faire une belle plus-value à la revente, surtout si vous êtes un bon bricoleur. Par contre, gérer un bien immobilier est très chronophage, source de stress, nécessite beaucoup d'administratif, de suivi et bien souvent des problèmes à résoudre. Bien sûr, pour vous soulager, vous pouvez aussi déléguer une partie des tâches à une agence immobilière mais cela a un coût non négligeable, et en tant que propriétaire, il y aura toujours des choses à faire (répondre aux demandes de travaux, gérer l'assurance propriétaire, faire le suivi de l'agence, etc.). Ceci dit, certains investisseurs aiment bien consacrer du temps à la gestion de leurs actifs et préfère être autonome plutôt que de déléguer cette gestion.

Mais l'investissement locatif au travers l'achat d'un bien immobilier n'est pas le seul placement possible qu'on peut faire avec un emprunt. En effet, il est aussi possible d'acheter des parts de SCPI à crédit. Les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) sont des entreprises qui gèrent un parc immobilier (bureaux, commerces, logements pour particuliers, etc.). Acheter des parts de SCPI vous permet d'être propriétaire d'une fraction de cette société et donc de toucher une partie des revenus des loyers payés, proportionnellement à votre investissement. Les gérants de la SCPI se rémunèrent en prélèvant des frais de gestion sur les loyers perçus.

Les SCPI connaissent un véritable engouement depuis quelques années pour les raisons suivantes :
  • Les rendements sont très élevés (autour de 4 à 5 %, frais de gestion déduits) par rapport à d'autres placements comme les fonds en Euros qui rapportent de moins en moins.
  • L'immobilier reste perçu comme une valeur refuge auprès des particuliers.
  • L'achat de parts de SCPI est très facile au travers d'une assurance-vie, et de plus en plus accessible via les courtiers en ligne et les sites spécialisés dans l'investissement en SCPI.
  • Il n'y a aucune contrainte de gestion ni de suivi en étant propriétaire de parts de SCPI. C'est exactement comment posséder des actions d'entreprises : l'intégralité de la gestion est faite par la société. L'investisseur, lui, touche une partie des loyers tous les mois, trimestres ou semestres en fonction de la SCPI.
  • Les SCPI permettent d'avoir un patrimoine immobilier très diversifié, aussi bien géographiquement qu'en types de biens (bureaux, commerce ou logement). Sur cet aspect, c'est beaucoup moins risqué que d'avoir un seul appartement en location, qui pourrait subir des aléas majeurs comme une catastrophe naturelle et un locataire néfaste.
  • Contrairement à l'achat d'un bien immobilier à louer, le ticket d'entrée pour acheter des SCPI même à crédit est beaucoup plus faible, à partir de quelques centaines d'euros.
Attention toutefois à bien choisir les SCPI dans lesquels vous investissez votre argent. Il n'existe pas de tracker ou de SCPI miracle pour avoir de l'immobilier parfaitement diversifié, c'est à vous de choisir et de lire attentivement les descriptifs. N'hésitez pas à diversifier dans plusieurs SCPI afin d'avoir un patrimoine immobilier varié géographiquement (grandes villes et périphérie) et sectoriellement (commerces, tertiaires, santé, logements, etc.).

Gérer un bien immobilier locatif est chronophage et source de stress

Pour en savoir plus sur les SCPI avec emprunt immobilier, je vous invite lire cet excellent article sur le blog Avenue des investisseurs à propos de l'investissement à crédit dans des SCPI.

Attention aux conditions à remplir avant d'emprunter pour investir

Avant d'emprunter pour investir dans l'immobilier, il y a plusieurs conditions à remplir pour réduire les risques et s'assurer que l'opération sera gagnante à long terme :
  • L'emprunteur doit avoir une situation très saine à tout point de vue afin d'obtenir un prêt aux conditions très avantageuse : moins de 45 ans, bonne santé, des revenus importants et pérennes, grande capacité d'épargne, un grand apport, etc. Au-delà, vous n'arriverez pas à décrocher un bon prêt avec une assurance à faible coût, et donc vous ne profiterez pas pleinement de l'effet de levier de l'emprunt.
  • Le rendement net de votre investissement immobilier doit être largement supérieur au taux global de votre emprunt. Attention à bien tenir compte de l'assurance emprunteur qui impacte de manière non négligeable vos mensualités. De même, il faut prendre en compte tous les frais qui réduisent votre rendement brut : assurance propriétaire, taxe foncière, imposition sur les revenus, etc. Ces frais sont notamment très importants dans le cadre d'un achat d'un bien immobilier pour location.
  • Soyez très prudent sur le choix de vos investissements. Si vous n'êtes pas sûr de la pérennité et du niveau du rendement net alors abstenez-vous ! Si votre rendement net devient inférieur au taux de votre emprunt et assurance, alors l'effet de levier deviendra un effet de massue : vos dettes auront une rentabilité négative, et cet effet boule de neige sera dévastateur pour vos finances.
  • Attention à vos flux de trésorerie ou cash flows. Le cash flow correspond à la différence entre ce que vous devez payer tous les mois (remboursement du prêt, assurance, impôts, etc.) et les revenus que vous percevez (loyers). Ce n'est pas forcément un problème s'il est négatif pendant plusieurs années, surtout si vous avez une capacité de financement élevée. Mais faites attention à ce que cela reste supportable pour votre niveau de vie, surtout que le risque de pertes de revenus n'est jamais nul.
Il ne faut donc pas céder aveuglément à l'effet de levier de l'emprunt. De plus, un gros montant emprunté ayant un rendement net faible peut rapporter beaucoup moins d'intérêts qu'un petit montant non-emprunté investi dans un meilleur rendement net. Par exemple : à votre avis, qu'est-ce qui rapporte le plus d'intérêts sur 20 ans entre 200 000 euros à 2 % ou 50 000 euros à 5 % ? Dans cet exemple, les intérêts à 2 % sont plus importants. Mais ce n'est plus le cas si le rendement net tombe à 1,25 %.

Contrairement à ce qu'on peut imaginer, le rendement net d'un achat immobilier peut s'avérer beaucoup plus faible que le rendement brut lorsqu'on tient compte de tous les coûts : assurances, travaux, imprévus, périodes de non-paiements, frais de gestion et surtout la fiscalité (surtout que la fiscalité dans un PEA ou une assurance-vie est quasiment imbattable). Pour vous donner un ordre de grandeur : un bien immobilier dont le rendement brut théorique est de 5 % peut vite avoir un rendement net sur le long terme inférieur à 2 % : en effet, il y a parfois des périodes sans locataire, le coût du prêt peut diminuer de 1 % le rendement, la fiscalité diminue aussi la rentabilité d'au moins 1 % selon votre situation, plus les frais d'agence, les travaux, etc. Cela monte très vite !

Pour trouver le meilleur prêt immobilier avec la meilleure assurance emprunteur, je vous conseille de passer par un courtier spécialisé. Il en existe de plus en plus, et cette forte concurrence a fait baisser significativement leurs coûts. Un bon courtier immobilier aura toujours plus de marge de négociation qu'un particulier car un bon courtier négocie directement avec les directions centrales des banques, pour des montants allant de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d'euros, en regroupant des prêts. De plus, ils sont capables de vous faire des assurances emprunteur sur mesure, contrairement aux banques traditionnelles qui essaieront de vous vendre leurs formules les plus avantageuses pour elles. Enfin, passer par un courtier vous permet généralement d'économiser les frais de dossier administratif, ce qui permet bien souvent de rembourser le coût du courtier.

Sachez aussi qu'il est dangereux et risqué de s'endetter sans limite : si théoriquement, cela est avantageux quand on atteint un cash flow nul ou positif, c'est en pratique très risqué car vous serez très fortement exposé aux actifs de l'immobilier (vu que c'est le seul support d'investissement disponible à crédit), ce qui est contraire aux bonnes règles de gestion avec la diversification.

Conclusion

En cette période de taux d'emprunt très bas, beaucoup de particuliers s'intéressent de plus en plus à l'investissement dans l'immobilier. Mais optimiser sa capacité d'emprunt n'est pas à la portée de tout le monde, il faut réunir plusieurs conditions pour obtenir le meilleur taux possible et trouver un investissement immobilier qui assure un bon rendement net et un flux de trésorerie proche de zéro pour limiter les risques.

Néanmoins, si vous êtes relativement jeune avec une situation financière aisée et stable, il est très important d'utiliser cette capacité d'emprunt pour investir : c'est la seule manière de se constituer un patrimoine conséquent au bout de quelques dizaines d'années, et espérer ainsi un rente confortable pour les beaux jours. Croyez-moi : l'effort réalisé le plus tôt possible et sur le long terme en vaut largement la chandelle après... Les rentiers qui n'ont pas hérité vous le diront souvent : c'est en utilisant l'effet de levier de l'emprunt qu'on devient vraiment riche.

Et si vous ne souhaitez pas prendre de risques dans l'immobilier pour diverses raisons ou convictions, alors utilisez votre capacité d'emprunt pour acquérir votre résidence principale. Cela est très avantageux fiscalement (pas d'impôts sur les plus-values si vous revendez plus tard votre résidence principale) et cela vous permettra de profiter des taux historiquement bas actuellement. Si votre situation permet d'obtenir un taux faible (moins de 1,2 % tout compris) sur une longue période d'emprunt (20 ou 25 ans), alors profitez-en : cela augmentera considérablement votre capacité d'épargne tous les mois, vous pourrez alors soit profiter de cet argent, soit l'investir progressivement !

Faut-il recourir à un conseiller en gestion de patrimoine ?

Un gestionnaire de patrimoine est un professionnel qui conseille des personnes, des familles, des associations ou des entreprises dans la constitution, la gestion et la valorisation de leur patrimoine financier. Vous pouvez être tenté d'en solliciter pour mieux gérer et investir votre argent. Néanmoins, cela est très rarement utile si votre patrimoine global est inférieur à 1 million d'euros. En effet, il est préférable et largement accessible de s'informer soi-même sur comment mieux investir son argent : avec une gestion simple et efficace, un PEA, une assurance-vie et de l'immobilier suffisent largement pour gérer comme un professionnel un patrimoine important.

La qualité des conseillers en gestion de patrimoine est très variable, soyez vigilant !

Certains d'entre-voux ont peut-être déjà été sollicité par des conseillers en gestion de patrimoine. Ces professionnels vous font souvent miroiter beaucoup d'économies et de plus-values, grâce à leurs conseils en placements financiers et en défiscalisation. Mais est-ce vraiment utile pour la plupart des épargnants ? Surtout que les conseillers en gestion de patrimoine ont un coût qui est très variable et non négligeable, allant de quelques dizaines d'euros l'heure de conseil à plusieurs milliers d'euros par mois pour une gestion active !

Des besoins différents selon votre niveau de patrimoine financier

Gérer et valoriser son argent soulève des problématiques très variables en fonction de votre patrimoine global. Ce n'est absolument pas la même chose de gérer 50 000 euros d'épargne et des dizaines de millions d'euros en appartements et assurances-vie.

En comptant un PEA, un PEA-PME et un Livret A remplis au maximum, vous arrivez à presque 250 000 euros d'argent investi (et bien plus avec les plus-values). Les assurances-vie n'ayant pas de plafond, vous pouvez donc avoir sans problème 500 000 euros d'épargne répartis sur un PEA, un PEA-PME, une assurance-vie et de l'épargne disponible sur un Livret A, sans prendre de risques déraisonnables grâce à l'investissement passif et diversifié. De plus, en fonction de votre situation, vous pouvez ajouter une épargne salariale (PEE et PERCO) illimitée.

Ainsi, pour un célibataire, vous pouvez sans problème gérer votre patrimoine jusqu'à 500 000 euros au travers des dispositifs d'épargne peu fiscalisés. Vous pouvez compter jusqu'à 1 million d'euros pour un couple. Pour plus d'informations sur comment bien répartir votre argent sur les différents supports d'investissement, je vous invite à relire mon précédent billet.

Donc, selon moi, en vous renseignant sur Internet, vous n'avez pas besoin d'un conseiller en gestion de patrimoine tant que vous n'avez pas plus de 500 000 euros voire 1 million d'euros de patrimoine, sans compter la résidence principale. Attention toutefois quand vous cherchez des informations dans la presse ou sur Internet, à ne pas tomber dans des articles sponsorisés ou biaisés par des professionnels. C'est aussi pour cela que j'écris ce blog : pour vous offrir un autre point de vue indépendant, argumenté et factuel dans la gestion de votre argent. Se dispenser d'un conseiller en gestion de patrimoine vous fera économiser pas mal d'argent et surtout, vous apprendrez beaucoup de choses autour de l'économie et la finance (voire le développement personnel) pour mieux gérer vous-même votre argent. De plus, les conseillers en gestion de patrimoine ont souvent tendance à vous vendre leurs produits financiers pour investir : comme le montrent de nombreuses études, l'investissement passif est bien plus rentable que la gestion active grâce aux frais annuels significativement inférieurs.

Au-delà de 1 million d'euros (voire 500 000 euros pour un célibataire), est-ce qu'il faut alors passer par un gestionnaire de patrimoine ? Selon moi, cela n'est pas non plus utile. En effet, il existe un autre moyen d'investir son argent, quand vos PEA et assurances-vie sont pleins : l'immobilier pierre (au travers de l'investissement locatif) ou l'immobilier papier (au travers des SCPI qui peuvent aussi être achetées avec un crédit immobilier). En diversifiant dans l'immobilier, vous pouvez alors largement atteindre plusieurs millions d'euros en patrimoine (attention à optimiser par rapport à l'Impôt sur la Fortune Immobilière).

Par contre, l'investissement immobilier nécessite beaucoup plus de temps que de faire de l'investissement passif dans un PEA ou une assurance-vie, surtout si vous faites de l'investissement locatif en achetant directement un appartement ou une résidence. Passer par l'immobilier papier via les SCPI peut s'avérer une solution aussi rentable sur le long terme, plus diversifiée, moins risquée et pour une gestion bien plus simple. Je vous conseille vivement cet excellent guide de l'investissement dans l'immobilier du tout aussi excellent site Avenue des Investisseurs.

Quels sont les professionnels incontournables dans la gestion de son patrimoine ?

Il y a des professionnels incontournables pour vous aider dans la gestion de votre argent, dans certains cas particuliers. Un expert-comptable est, selon moi, très utile voire incontournable quand vous faites de l'investissement locatif en régime LMNP avec déclaration des frais réels. En effet, un expert-comptable sera le plus à même pour optimiser la fiscalité de vos revenus locatifs au travers de l'amortissement du foncier, des travaux et tous les autres frais liés à la gestion locative. De plus, le coût d'un expert-comptable est relativement faible (comptez entre 300 et 1 000 euros maximum par an), pourra être déduit de vos impôts comme étant une charge, et vous fera gagner énormément de temps.

Dans le cas, où vous opterez pour investir dans l'immobilier papier au travers des parts dans des SCPI, vous n'aurez pas besoin d'un expert-comptable. Par contre, les courtiers en prêt immobilier vous seront très utiles, aussi bien pour l'immobilier papier que pierre, pour plusieurs raisons. En effet, les bons courtiers en prêt immobilier négocient des prêts et des assurances de prêts totalement sur mesure par rapport à votre situation personnel (âge, revenus, santé, etc.). De plus, ces courtiers négocient directement avec les directions centrales des grandes banques, regroupent les demandes de prêts entre elles pour avoir une marge de négociation bien plus élevée. Ils négocient directement plusieurs dizaines de millions d'euros de prêt, pendant qu'un particulier seul ira négocier avec un(e) commercial(e) d'une banque pour quelques centaines de milliers d'euros maximum... De plus, le coût du courtier (quelques centaines d'euros) est généralement remboursé par le fait que les frais de dossier sont déjà payés.

Si vous possédez un patrimoine important à transmettre, et que vous vous posez beaucoup de questions autour de l'héritage, il peut être intéressant de passer par un notaire pour qu'il vous explique et vous aide à optimiser votre succession. En effet, c'est un véritable métier pour bien comprendre et rédiger les actes qui protègeront vos héritiers.

Les family offices ont pour rôle de gérer et préserver le patrimoine des familles les plus fortunées

Enfin, si vous avez la chance de posséder une fortune supérieure à 10 millions d'euros, vous pouvez vous permettre de passer par ce qu'on appelle un family office ou bureau de gestion de patrimoine. Ces entreprises regroupent toutes les compétences professionnelles (avocats fiscalistes, gestionnaires, experts-comptables, juristes, notaires...) nécessaires pour gérer les fortunes. Bien sûr, cela a un coût annuel non négligeable, mais à partit d'une certaine fortune, c'est inévitable de passer par là... C'est ce qu'on appelle les problèmes de riches !

Conclusion

Prenez toujours du recul sur ce qu'on vous dit, et sur ce qu'on vous vend. Passer par un conseiller en gestion de patrimoine est très peu utile dans 99 % des cas : il est largement plus utile et préférable de se former gratuitement grâce aux nombreuses ressources disponibles sur Internet. Un intermédiaire financier aura toujours des biais pour vous vendre ce qu'il l'arrange ou ce qu'il a du mal à refiler à d'autres... Les seules professions qui ont une véritable plus-value sur vos investissements et pour un faible surcoût sont, selon moi, les experts-comptables pour la gestion d'un bien immobilier en LMNP en frais réel, les notaires pour toutes les subtilités de l'héritage et la transmission de patrimoine, ainsi que les courtiers en prêt immobilier pour leur capacité à négocier d'importants volumes et des assurances personnalisées.

Et bien entendu, prenez aussi du recul à ce que vous lisez sur Internet (même sur ce blog) : croisez les sources, cherchez des informations contradictoires, provoquer le débat, ne cédez pas aux biais cognitifs (biais de confirmation, biais du survivant, etc.) !

Quels sont les actifs sans risque éligibles au PEA ?

Avec les incertitudes liées au krach financier et économique de la Covid-19, de nombreux épargnants se demandent s'il existe des actifs financiers sans risques éligibles au PEA. Oui, il existe bien des produits monétaires éligibles au PEA mais les taux d'intérêts étant au plus bas, ces produits ont un rendement au mieux presque nul, voire souvent négatif à cause des nombreux frais (gestion, courtage, frais d'entrée et de sortie). Si vous êtes inquiet et que vous souhaitez sortir du marché actions, il est donc préférable de garder son argent sous forme de liquidités au sein de son PEA plutôt que de passer par ces fonds sécurisés. Néanmoins, si vous êtes intéressés, je vous dresse ici la liste non exhaustive des fonds sans risque éligibles au PEA.

Les actifs sans risque éligibles au PEA ne sont pas intéressants de nos jours

La pandémie de Covid-19 a eu un impact considérable sur l'économie mondiale. Comme à chaque crise financière, les investisseurs particuliers se ruent sur les actifs les moins risqués ou les actions d'entreprises les plus défensives. De nombreux fonds éligibles au PEA sont composés d'autres actifs que des actions classiques. Et il existe bel et bien des fonds monétaires éligibles au PEA.

Dans le jargon financier, le monétaire désigne l'ensemble des prêts court terme (quelques mois) accordés à des organisations, entreprises ou Etats. Ce type d'actif est le moins risqué mais aussi le moins rentable. De plus, en ce moment, afin de stimuler l'économie, les banques centrales du monde entier appliquent des taux d'intérêt proches de zéro voire même négatifs sous certaines conditions. Cela a pour conséquence de réduire considérablement le rendement, déjà faible, des fonds monétaires.

Ainsi, même s'il s'agit de fonds sans risque (dans le sens où la probabilité de perdre tout son argent investi est quasiment nulle), le rendement peut s'avérer proche de zéro voire même négatif quand on tient compte des différents frais de gestion et de courtage.

Attention à ne pas vous laisser tromper par les frais de gestion affichés par ces fonds. En effet, ils peuvent paraitre bien faibles mais c'est purement marketing. Les gestionnaires de fonds se rattrapent sur les droits d'entrée et de sortie, qui varient en fonction de votre courtier ou banque en ligne. De plus, les frais de courtage liés au passage des ordres d'achat ou de vente vont aussi largement amputer la performance déjà très faible de ces fonds !

Liste des fonds monétaires sans risque éligibles au PEA

FR0007011895 - Etoile PEA Sérénité C - frais de gestion annuels 0,40 %
FR0010173237 - Amundi Sérénité PEA IC - frais de gestion annuels 0,24 %
FR0010230474 - Atout Opportunité C - frais de gestion annuels 0,27 %
FR0010177378 - Réserve Ecureuil C - frais de gestion annuels 0,09 %
FR0010130781 - Ecureuil Relais PEA 2 C - frais de gestion annuels 0,18 %
FR0000982969 - FCP PEA Court Terme M - frais de gestion annuels 0,06 %
FR0010671420 - LBPAM PEA 3 Mois R - frais de gestion annuels 0,03 %

Conclusion

De nos jours, les fonds sans risque éligibles au PEA ne sont pas des bonnes affaires pour l'investisseur particulier. Et au vu de la situation économique, cela n'est pas prêt de changer ces prochaines années. En effet, leur rendement est proche de zéro, et en comptant tous les frais associés (gestion, courtage, entrée, sortie), vous perdrez de l'argent sur le court comme le moyen terme.

Pour sécuriser votre argent au sein d'un PEA, le mieux est de le garder sous forme de liquidités. Vous aurez ainsi une poche d'argent disponible que vous pourrez mobiliser lors des krachs ou des coups de mou de la bourse. Le jour où l'économie mondiale sera très dynamique avec des taux élevés, une inflation très importante, on pourra commencer à s'intéresser à ces fonds monétaires. Sachez qu'il existe aussi un tracker obligataire éligible au PEA pour décorréler votre investissement des actions, mais cet ETF ne garantit pas votre argent d'une perte en capital. Dans le jargon financier, l'obligataire correspond aux prêts moyen et long terme. Ils sont généralement moins risqués que les actions mais plus que le monétaire, néanmoins tout dépend de la notation de l'obligation (qui représente le risque de défaut de l'emprunteur).

En dehors du PEA, la meilleure solution pour placer son argent sans risque reste, selon moi, les fonds en Euros des assurances-vie, notamment ceux de Fortuneo qui proposent les meilleurs rendements du marché.

Enfin, si vous ne devez retenir qu'un seul conseil, écoutez celui du célèbre investisseur Warren Buffet : n'oubliez pas qu'il faut être avide lorsque les autres sont craintifs, et craintifs lorsque les autres sont avides. En d'autres termes, il faut profiter de la crise actuelle pour renforcer ses positions sur des actifs dynamiques et rentables sur le long terme comme les actions !

Avenue des investisseurs : le site devenu une référence dans l'investissement, l'épargne, la bourse et l'immobilier

Avenue des investisseurs est un site récent qui, en un peu plus de deux ans, est devenu une référence dans l'investissement financier pour les particuliers au même titre que le site Epargnant 3.0. N'hésitez pas à y faire un tour, notamment si vous souhaitez investir dans l'immobilier : il y a beaucoup d'analyses et d'informations fiables et pertinentes, qu'on retrouve difficilement ailleurs.


Vous connaissez certainement l'excellent site Epargnant 3.0, qui parle d'investissement passif, de bourse et d'économie. Les articles y sont souvent très détaillés, exhaustifs avec des analyses pertinentes et originales.

Depuis début 2018, il existe un autre site, Avenue des investisseurs qui propose de nombreux billets très complets et documentés, sur tous les sujets liés à l'investissement : banques en ligne, livrets, assurances-vie, immobilier, fiscalité et bien sûr bourse.

C'est notamment dans le domaine de l'immobilier que je trouve que le site Avenue des Investisseurs est particulièrement intéressant, original et bien documenté. C'est grâce à ce blog que j'ai compris comment l'investissement locatif en LMNP en frais réel est bien plus avantageux, que le rôle de l'expert-comptable est crucial, mais aussi qu'il est parfois plus intéressant et moins risqué d'investir dans des SCPI en utilisant un crédit immobilier !

Parmi les articles indispensables à lire absolument, je vous conseille notamment :
Je vous parle de ces sites car je trouve qu'ils sont indépendants et neutres, factuels et argumentés. Ils vous permettront de vous forger une bonne culture boursière et d'apprendre à mieux investir votre argent. C'est aussi l'objectif de mon blog d'apporter une petite pierre à cet édifice pour que les internautes francophones puissent gérer leur argent de manière autonome, sans avoir à rémunérer inutilement les banques, les intermédiaires financiers et les gestionnaires.

Pour plus d'informations, je vous invite à relire mon interview des fondateurs du site Avenue des investisseurs.