Réduire son budget voiture : les trucs et astuces indispensables

Un des postes les plus importants dans le budget des dépenses est sans conteste la voiture. C'est aussi un poste de dépenses sur lequel vous pouvez faire énormément d'économies moyennant quelques efforts mineurs et un peu d'astuces. Si vous faites partie des gros rouleurs (plus de 15 000 km par an), vous pouvez largement économisé plusieurs milliers d'euros par an en suivant les conseils de ce billet.

Le budget voiture représente le plus souvent un poste non négligeable de dépenses

Quand on me demande comment réaliser rapidement des économies pour épargner et investir, je conseille souvent de commencer par réduire le budget voiture. Ces dépenses sont souvent subies, mal maitrisées et c'est généralement là qu'il y a le meilleur potentiel d'économies. Cet article s'adresse surtout aux personnes qui font au moins 10 000 km par an, trajets de vacances compris.

L'entretien du véhicule : un poste à ne surtout pas négliger

La plupart des particuliers qui possèdent une voiture font le même constat : c'est un véritable gouffre financier, pas seulement à l'achat mais aussi sur l'entretien et les réparations. A partir des 100 000 voire 150 000 km, une voiture peut parfois coûter jusqu'à 10 % par an du prix d'achat en entretien et réparations, alors que cela dépasse rarement les 2 % durant les trois premières années.

Faut-il passer par un garage constructeur ou généraliste ?

La première question à se poser est où faire son entretien et ses réparations ? Est-il préférable de passer par le garage du constructeur, ou par un garage multimarques moins cher (Autobacs, Speedy, etc.) voire un petit garage indépendant ? Cela dépend de votre situation et de votre connaissance sur les qualités du garagiste.

Si votre véhicule est récent et toujours sous garantie constructeur, alors je vous conseille fortement de continuer à faire l'entretien chez un garage constructeur. En effet, s'il vous arrive un problème majeur durant la période de garantie, il vous faudra justifier de bon entretien de la voiture, de préférence en garage constructeur, pour profiter pleinement des droits à la garantie. De plus, la prise en charge des réparations par le constructeur est parfois aussi activée même après la période de garantie lorsque la panne concerne des organes vitaux du véhicule très chers : moteur, boite de vitesse... Là encore, il faudra pouvoir justifier du bon entretien régulier de votre voiture, de préférence auprès du garage constructeur. A titre d'exemple : Renault a pris en charge 50 % du remplacement de mon moteur défectueux (le fameux scandale des moteurs TCe) après 100 000 km parce que j'ai justifié tous les entretiens réguliers dans un garage Renault.

Pour un véhicule ancien, avec plus de 150 000 km ou plus de 5 ans, vous aurez bien du mal à avoir de la prise en charge constructeur même pour un défaut majeur. Il n'est alors moins indispensable de passer par le garage constructeur. Dans cette situation, cela peut être intéressant de passer par un garagiste que vous connaissez bien ou alors par les garages généralistes dont les prestations sont généralement moins chères.

Néanmoins, ma préférence personnelle reste tout de même d'aller chez le garagiste constructeur pour les raisons suivantes :
  • Les grand garagistes généralistes cherchent à faire peu de marges mais beaucoup de volumes, ils utilisent donc une main d'oeuvre composée de beaucoup de jeunes parfois peu expérimentés. Vous prenez donc le risque de tomber sur un mécanicien débutant, peut-être mal encadré.
  • Les garagistes constructeurs ont souvent les pièces détachées plus rapidement, et des pièces originales de première monte (c'est-à-dire totalement neuve).
  • Les tarifs des constructeurs garagistes ont énormément baissé depuis ces dix dernières années, pour faire face à la concurrence de plus en plus rude.
En résumé, c'est toujours un casse-tête de faire l'entretien de son véhicule. Selon moi, les premières années, il ne faut pas se poser de questions et aller chez le garagiste constructeur pour être sûr d'avoir une bonne prise en charge en cas de gros pépin. Au delà de 5 ans ou de 150 000 km, libre à vous de changer de garagiste si vous en connaissez un vraiment bien. Néanmoins, les garagistes des constructeurs restent une valeur sûre si vous ne connaissez pas trop les autres garages.

Hello Garage : mon retour d'expérience personnel

Depuis quelques années, les garages à domicile commencent à avoir le vent en poupe. Le principe est simple : vous prenez rendez-vous sur Internet puis le mécanicien vient à votre domicile pour réaliser l'entretien et certaines réparations. Parmi les opérations prises en charge, vous avez la révision complète du véhicule (vidange, changement des filtres, vérification de tous les niveaux et bougies, etc.), les changements de disques ou plaquettes de frein, les remplacements des amortisseurs, des pneus, etc.

Passer par un garage à domicile présente de nombreux avantages : les tarifs sont bien plus faibles que dans un garage traditionnel (grâce aux investissements plus faibles), vous pouvez fournir vos propres pièces achetées sur Internet, vous pouvez aussi voir toutes les opérations et comment le garagiste prend soin de votre véhicule. Les horaires sont aussi beaucoup plus flexibles et la prise du rendez-vous entièrement en ligne très pratique. J'ai personnellement testé le service Hello Garage et je n'ai pas été déçu pour une révision complète de ma voiture, à un tarif 20 à 30 % inférieur à un garage constructeur. Le site est vraiment bien fait, le service client au top et les tarifs imbattables. C'est aussi bien pratique de ne pas avoir à se déplacer au garage qui n'est pas toujours proche du domicile...

Le principal inconvénient, selon moi, est que le mécanicien ne fait pas d'essais sur route avec le véhicule. S'il est vrai que tous les garages ne le font pas, ceux qui le font peuvent ainsi détecter des anomalies au niveau du bruit du moteur, du freinage ou de la conduite. L'autre inconvénient est que vous devez avoir suffisamment d'espace soit dans votre garage, soit devant chez vous ou dans le parking de votre immeuble pour que la camionnette Hello Garage puisse intervenir.

Hello Garage, le garage à domicile comme alternative aux garages traditionnels

Sachez qu'il existe aussi beaucoup d'autres concurrents que Hello Garage : Best'Oil, RelaxAuto, etc. Je n'ai pas encore eu l'occasion de les tester. Mais le site, la vitesse et l'ergonomie du site Hello Garage sont bien au-dessus de ses concurrents, selon moi.

Faire son entretien soi-même

Beaucoup d'opérations simples d'entretien sont à votre portée et il ne faut pas hésiter à les faire soi-même, cela vous fera économiser facilement plusieurs dizaines voire centaines d'euros en fonction des réparations. Parmi les opérations simples et en fonction de votre véhicules, vous avez les remplacements des feux (sauf sur certaines voitures mal conçues), les remplacements d'essuie-glace, les changements de pneus hiver, etc.

Et si vous souhaitez vous lancer dans des opérations plus complexes, il existe de nombreux tutoriels sur Internet, des vidéos sur Youtube ou des blogs comme La mécanique pour les filles. Attention cependant : en fonction des véhicules, vous allez devoir vous équiper en outils de bricolage, parfois très spécifiques. Il n'est donc pas toujours rentable de se lancer dans l'entretien complet de sa voiture, surtout que cela prend du temps et c'est aussi une prise de risque si vous n'êtes pas spécialiste en mécanique automobile.

Acheter sur des sites de pièces détachées

Il existe une multitude de sites de ventes de pièces détachées automobiles. Parmi les plus connus, vous avez Mister Auto, Piecesauto ou encore Oscaro (qui a connu de grandes difficultés financières il y a quelques années). Aujourd'hui, vous arriverez à trouver quasiment toutes les pièces nécessaires pour l'entretien et les réparations de votre voiture, et les tarifs sont souvent bien inférieurs à ceux des garages. Mais attention, ce n'est pas toujours le cas : pensez à bien vérifier la concurrence avant d'acheter.

Les sites de pièces détachées ont un large catalogue mais attention au bon choix des pièces

Si ces sites sont relativement fiables sur la qualité et les modèles de pièces fournies, vérifiez quand même la comptabilité sur d'autres sites ou les forums de discussion : il m'est déjà arrivé d'acheter les mauvaises ampoules pour ma voiture alors que j'avais bien renseigné la plaque d'immatriculation sur le site, qui n'aurait dû me proposer que des modèles compatibles...

Acheter et revendre son véhicule aux bonnes conditions

Les prix d'achat et de revente sont souvent négligés par les particuliers car ces événements sont très ponctuels. Pourtant, ce sont eux qui vont déterminer en grande partie le coût moyen de votre voiture. Pour vous en rendre compte, je vous invite à faire le calcul suivant : combien de temps a duré votre dernier véhicule ? Si vous l'aviez acheté 10 % moins cher et revendu 10 % plus cher, combien auriez-vous économisé par mois, sur la durée de possession du véhicule ? Vous verrez que c'est loin d'être négligeable si vous êtes un gros rouleur...

Comment acheter moins cher ?

Aujourd'hui, les mandataires sont de plus en plus prisés par les particuliers. En effet, ils proposent des ristournes très importantes sur les véhicules. Leur force provient du fait qu'ils mutualisent les stocks de véhicules non vendus dans toute l'Europe. Faites donc attention au modèle et aux caractéristiques exactes du véhicules acheté : si en termes de qualité, il n'y a pas à s'inquiéter, sachez que les versions ou finitions n'ont pas toujours les mêmes options dans tous les pays d'Europe.

Sachez aussi que pour essayer un véhicule, vous ne pourrez pas le faire chez un mandataire mais uniquement en concession. Avant d'aller chez un mandataire, il est indispensable de faire un tour sur leur site internet et de faire déjà un pré-tri sur le type de véhicules que vous souhaitez acquérir. Personnellement, j'ai été très déçu des conseils dits techniques (choix du véhicule et de ses caractéristques) chez un mandataire célèbre : ce sont souvent des commerciaux qui cherchent surtout à vous vendre des LOA...

Selon moi, la meilleure solution pour acheter une voiture est de passer par les collaborateurs PSA (Peugeot, Citroën et DS) ou Renault, qui proposent des remises encore plus intéressantes que les meilleures offres de mandataire. Vous trouverez ces offres de collaborateurs sur le Bon Coin, en mettant le mot-clé "collaborateur" dans les critères de recherche. Ma préférence personnelle va pour Peugeot où je trouve que les véhicules sont plus modernes, plus agréables à conduire, dotés d'une meilleure interface et d'une fiabilité plus éprouvée que beaucoup de voitures Renault qui sont devenues célèbres pour leurs problèmes récurrents...

Attention à la LOA

J'ai fait un article très détaillé sur la LOA (Location avec Option d'Achat) pour expliquer que c'est quasiment toujours un mauvais plan. Je vous invite à le relire, vous aurez aussi des conseils sur comment optimiser au mieux le prix d'achat d'une voiture.

Faut-il vendre et comment ?

Contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes, vendre régulièrement son véhicule n'est pas forcément une stratégie coûteuse. C'est un peu chronophage, certes, mais c'est aussi de plus en plus facile de nos jours, avec les demandes de cartes grises qui se font entièrement ligne, tout comme les certificats de cession. Afin de revendre au meilleur prix votre voiture, le mieux est encore de passer par le Bon Coin. Vous pouvez faire une estimation du prix de vente en regardant les annonces de voitures similaires en termes de kilométrages et de modèle. Vous verrez qu'il est souvent préférable de vendre avant les 100 000 km pour éviter tous les coûts importants d'entretien (disques, amortisseurs, etc.).

Personnellement, après plusieurs analyses de coûts, je me suis rendu compte que le moins coûteux était d'acheter une voiture ayant moins de 10 000 km auprès d'un collaborateur Peugeot, puis de la revendre quelques années plus tard avant les 80 000 km. En faisant ainsi, le coût d'achat moins la revente est très largement inférieur à la situation où je garde le véhicule jusqu'à 200 000 km pour le revendre quasiment rien ensuite.

Consommation

Tout le monde pense d'abord à la consommation du véhicule pour évaluer son coût de possession. Le fait de faire le plein régulièrement contribue à cette idée que le coût de l'essence est très cher (d'autant plus que le prix du litre à la pompe a tendance à monter inexorablement). Ce n'est pas forcément le plus coûteux dans une voiture si on le compare au coût d'achat et d'entretien. Néanmoins, il est toujours possible d'optimiser un peu sa consommation afin de gagner quelques dizaines d'euros par mois.

Adopter l'éco-conduite

La première chose à faire pour réduire le coût de sa consommation, c'est d'adopter l'éco-conduite qui consiste à rouler de manière efficace suivant les recommandations suivantes :
  • Rouler au régime idéal de son moteur (bien souvent inférieur à 2 000 tours / minute sur les moteurs essence récents)
  • Eviter au maximum les accélérations brutales
  • Eviter les freinages fréquents en anticipant et en utilisant au maximum le frein moteur
  • Attendre que le moteur soit chaud pour rouler à grande vitesse
  • Privilégier 120 km / h plutôt que 130 sur autoroute
Au-delà de la réduction de consommation, l'éco-conduite a aussi l'avantage de limiter l'usure de votre voiture et donc diminuer le coût de l'entretien. Sachez que, comme toute bonne habitude, ces gestes d'éco-conduite nécessitent d'être répétés pendant plusieurs semaines pour qu'ils deviennent enfin naturels et sans effort.

Faire le plein aux bons endroits

Généralement, ce sont les grandes surfaces très fréquentées qui proposent les meilleurs prix pour les carburants car leur objectif n'est pas faire de la marge sur les carburants mais plutôt attirer la clientèle dans ses magasins. Vous pouvez avoir une différence allant jusqu'à 20 % par rapport aux stations-essence des aires d'autoroutes. Donc avant de partir en vacances ou pour de longs trajets, pensez à anticiper et faire le plein dans les meilleures stations.

Changer de fournisseur d'énergie si vous avez un véhicule électrique

Si vous avez une voiture électrique, il ne faut pas négliger la facture d'électricité et les tarifs aux bornes de recharge rapide, surtout qu'ils ont beaucoup augmenté ces dernières années. Si vous rechargez votre véhicule à votre domicile, n'oubliez pas de faire jouer la concurrence sur votre fournisseur d'énergie. Depuis l'ouverture du marché de l'électricité, il existe désormais des dizaines de fournisseurs différents qui proposent des tarifs bien inférieurs aux tarifs réglementés d'EDF. Personnellement, j'utilise Total Direct Energie : le changement de fournisseur se fait entièrement en ligne, la démarche est très simple et il n'y a aucune coupure d'électricité. Vous gagnerez entre 10 à 20 % par rapport aux tarifs EDF, et c'est sans aucun engagement, vous pouvez très bien revenir à EDF au bout d'un mois (mais je pense que vous ne le ferez pas...). Vous pouvez utiliser à l'inscription mon code parrain Total Direct Energie 104640273 pour bénéficier de 20 euros offerts.

Badge télépéage : l'astuces des chèques-vacances pour dépasser le plafond des 150 euros annuels

Les badges télépéage vous permettent d'utiliser les files prioritaires T aux péages d'autoroute, et vous faire gagner un temps précieux. Il existe de nombreuses formules pour acheter ce petit sésame et généralement, cela vous coûte un abonnement mensuel de l'ordre de quelques euros par mois. C'est souvent rédhibitoire pour les particuliers qui n'empruntent pas souvent de zones à péage.

Néanmoins, il existe une formule particulière où il n'y a pas d'abonnement mensuel à payer : il s'agit de la formule par chèques-vacances. Le principe est simple : vous rechargez votre compte en envoyant des chèques-vacances à une adresse postale, et à chaque fois que vous utilisez un télépéage, alors cela débite ce compte rechargé. Le gros avantage est qu'il n'y a pas d'abonnement mensuel à payer, c'est totalement gratuit. Par contre, vous êtes limité à seulement 150 euros par an.

Il existe cependant une astuce pour dépasser cette limite de 150 euros par an : il suffit d'ouvrir un compte auprès de plusieurs prestataires. Ils offrent tous la même formule "chèques-vacances" avec une limite de 150 euros par an. Parmi les principaux prestataires, vous avez Bip & Go, APRR ou encore Ulys. Avec 3 badges, vous aurez donc un plafond de 450 euros par an. En utilisant cette astuce, vous ne pourrez pas fixer votre badge à votre pare-brise, vous allez donc devoir alterner entre les différents badges. C'est un peu moins pratique mais parfaitement réalisable. Chaque badge est donné dans un sachet isolant pour le désactiver. Vous pouvez donc garder tous vos badges dans votre boite à gants, et en sortir un lors du passage en télépéage.

Sachez aussi que Bip & Go propose une offre de parrainage qui vous permet de gagner sans effort jusqu'à 6 euros : il vous suffit de renseigner mon code parrain 076393724 à l'inscription pour profiter de ce gain.

Les chèques-vacances vous permettent d'avoir des badges de télépéage sans payer un abonnement mensuel

Conclusion

Il existe de nombreuses méthodes pour réduire la facture de son véhicule. Tout d'abord, il faut faire attention à l'entretien qui peut vite devenir un gouffre financier si votre voiture est âgée. Trouver un bon garagiste est une solution mais pas à la portée de tout le monde... Il est donc souvent préférable de vendre sa voiture avant les 100 000 km. Contrairement aux idées reçues, acheter et vendre régulièrement son véhicule est très souvent un bon plan financier, surtout si vous achetez avec une grande décôte. Pour acheter au meilleur prix, passer par les collaborateurs Peugeot ou Renault sont aujourd'hui la meilleure solution. Enfin, soyez vigilant sur la consommation de votre véhicule : vous pouvez faire pas mal d'économies en adoptant des gestes d'éco-conduites et en anticipant vos pleins dans les stations-essence les moins chères. Enfin, sachez que si vous avez des chèques-vacances (grâce à votre entreprise ou des proches), vous pouvez avoir un badge télépéage sans payer d'abonnement mensuel.

Crédit ou prêt in fine : avantages et inconvénients par rapport au crédit ou prêt amortissable

Le saviez-vous : pour les foyers fortement imposés (sur une tranche marginale d'imposition supérieure à 30 %) et ayant un patrimoine financier important, il est parfois préférable de passer par un crédit immobilier in fine plutôt qu'un crédit classique amortissable. Connaissez-vous les différences entre ces deux types de financement ?

Infographie comparative entre prêt amortissable et in fine, issue du site Cyberprêt.com

Pour l'achat d'une résidence principale ou secondaire, la plupart des particuliers passent par un crédit ou prêt immobilier dit amortissable. Ce type de financement consiste, pour le particulier, à rembourser tous les mois une partie du montant emprunté ainsi que des intérêts calculés sur le capital restant à rembourser. Cette méthode permet de devenir propriétaire progressivement, au fil du temps.

Mais il existe aussi une autre méthode de financement accessible aux particuliers qui veulent acquérir un bien immobilier en vue de le louer pour bénéficier de revenus locatifs : il s'agit du crédit in fine. Dans un prêt in fine, chaque mois, vous remboursez uniquement les intérêts et à la fin de la durée du prêt, vous devez rembourser d'un coup toute la somme empruntée. Le principal avantage du crédit in fine est que les mensualités sont beaucoup plus faibles vu qu'il n'y a que les intérêts à rembourser. Cela permet de générer un cash flow positif dans le cadre d'un investissement locatif. Seule la dernière mensualité est très importante puisqu'elle consiste à rembourser intégralement in fine le capital emprunté !

Par contre, il existe plusieurs inconvénients au crédit in fine. Le premier est que vous devez garantir la possibilité de rembourser la totalité : pour cela, vous devez mettre en nantissement (ou garantie) une partie de votre argent, soit de l'épargne disponible, soit une partie de votre assurance-vie, de votre PEA ou de votre comptes-titres. Sachez que l'épargne nantie reste active dans le sens où si l'argent est placé, il continuera de vous produire des intérêts et des plus-values, tout au long du prêt in fine.

L'autre inconvénient du prêt in fine est son coût bien supérieur à celui d'un prêt amortissable classique : généralement, le taux d'un crédit in fine est supérieur de plus de 1 % par rapport à un crédit amortissable classique, et les intérêts sont calculés sur le capital emprunté total et non le capital restant. Les différences entre prêt amortissable et prêt in fine sont bien résumées dans l'infographie ci-dessus issue du site Cyberprêt.com.

Mais alors, quel est l'intérêt de souscrire à ce type de prêt si particulier ? En fait, le crédit in fine est souvent appelé le prêt des riches car il présente de nombreux avantages fiscaux pour les foyers fortement imposés et ayant un large patrimoine immobilier. En effet, les intérêts étant plus importants, ils peuvent être déduits des revenus fonciers pour avoir encore moins d'impôts à payer. De plus, comme le capital n'est remboursé qu'à la fin du prêt in fine, la valeur vénalle du bien immobilier acquis est nul pour l'investisseur et cela n'entre donc pas dans le calcul de l'impôt sur la fortune immobilière (ou IFI) durant la durée du prêt in fine. C'est là où le gain peut être très important !

Attention toutefois : les conseillers en banque sont rarement spécialistes des crédits in fine, je vous conseille de passer par un courtier spécialisé en prêt immobilier. Mais vous verrez que ce type de prêt est rarement intéressant, sauf si vous payez l'IFI. De plus, il n'a aucun intérêt pour l'acquisition d'une résidence principale car elle ne génère pas de revenus locatifs, et n'entre dans l'assiette de calcul de l'IFI qu'après un abattement de 30 %.

Yeeld, Cashbee : mon avis sur les nouvelles applications de micro-épargne

Yeeld et Cashbee sont des applications de micro-épargne qui vous aident à mettre un peu d'argent de côté tous les mois, et à faire fructifier cette petite épargne de secours. Bien que ces applications soient joliment conçues et leurs offres alléchantes, selon moi, elles ne sont pas d'une grande utilité et cachent quelques défauts dont il faut avoir conscience avant de se lancer. En effet, la micro-épargne a un impact presque négligeable sur le long terme. Pour les cigalles qui ont du mal à épargner, la meilleure méthode est parfois de se faire douleur une fois pour toute en investissant quelques centaines ou milliers d'euros sur un placement long terme.


Le domaine des fintechs, ces startups de la finance, est en pleine ébullition depuis quelques années. Yeeld et Cashbee promettent des offres alléchantes pour aider les dépensiers à épargner et mieux gérer leur argent. Ils proposent deux modèles très différents, qui semblent intéressants et simples à première vue mais possèdent aussi certains défauts dont il faut avoir conscience. Voici mon avis personnel.

Yeeld : 4% de rendement sous forme de bons d'achats Amazon, du cashback déguisé !

Yeeld annonce une offre très alléchante : 4 % de rendement brut annuel sur votre épargne. En réalité, c'est un peu plus subtil que ça. Cette application fonctionne comme un compte de paiement en ligne. Vous devez d'abord y verser de l'argent puis vous le dépensez via la carte bancaire virtuelle comme Apple Pay ou Google Pay. Lors de chaque dépense, la somme payée est arrondie à l'unité supérieure, l'arrondi allant directement dans le compte de micro-épargne.

Par exemple : vous payez avec Yeeld pour un achat de 12,4 euros. Votre compte est en fait débité de 13 euros, dont 0,60 euro va aller dans le compte qui rémunère à 4 % brut annuel. Néanmoins, il ne s'agit pas d'acquérir des intérêts comme le Livret A. En fait, l'argent sur ce compte de micro-épargne peut être converti, à partir de 5 euros, en bons d'achat Amazon avec un bonus gratuit de 4 %.

C'est la principale contrainte de Yeeld : il faut utiliser Amazon, sinon cela perd totalement son intérêt. Si vous êtes un acheteur régulier d'Amazon, cela peut être intéressant. Côté fiscalité, en toute rigueur, vous devez déclarer ces gains. Néanmoins, en pratique, comme vous êtes rémunérés sous forme de bons d'achats Amazon, il sera difficile de procéder à des contrôles fiscaux... En réalité, cette application est une forme déguisée de cashback !

Attention toutefois avec Yeeld : il est possible de virer l'argent vers un compte bancaire traditionnel mais les frais sont très élevés. De plus, Yeeld propose une carte physique mais elle est payante. Vu les montants relativement faibles qui vous épargnerez avec cette application, même le taux de 4 % ne vous rapportera pas grand chose et ne pourra pas absorber ces frais cachés.

Cashbee : mettre de l'argent de côté facilement depuis son smartphone

Cashbee propose une autre méthode pour épargner et faire fructifer son argent petit à petit. Au sein de cette application très fluide et ergonomique, vous devez lier votre compte bancaire avec Cashbee et en quelques mouvements, vous pouvez mettre un peu d'argent de côté sur le compte d'épargne Cashbee. Le taux de rémunération est attractif à 2 % brut annuel pendant 2 mois, puis 0,6 % ensuite.

Attention, n'oubliez pas que vous devez payer l'impôt sur les revenus ainsi que les prélèvements sociaux sur les intérêts, ce qui peut réduire grandement le rendement brut en fonction de votre tranche d'imposition marginale. Le Livret A et le LDD propose un taux de 0,5 % aujourd'hui, totalement défiscalisé : c'est toujours mieux que 0,6 % avec les prélèvements sociaux qui réduisent déjà le taux de 17,2 %, un taux net de 0,4968 % pour Cashbee. C'est aussi moins bien que le 0,8 % de rendement brut offert par le livret Distingo de PSA Banque.

Le seul point fort de Cashbee est son application très simple d'utilisation (vous pouvez mettre de l'argent de côté en un clin d'oeil), ainsi que son inscription rapide. Mais c'est bien sûr insuffisant pour un investisseur soucieux de faire fructifier son épargne efficacement...

Conclusion

Yeeld et Cashbee proposent deux solutions différentes pour inciter les cygalles dépensières à mettre de l'argent de côté. Si le marketing autour de ces applications et de leurs offres commerciales est une réussite, en pratique, je ne pense pas que ça soit des solutions efficaces pour épargne.
Si vous êtes plutôt dépensier et que vous avez du mal à mettre de l'argent de côté, j'aurais plutôt tendance à vous conseiller la méthode brutale suivante :
C'est une méthode brutale mais efficace pour mettre de l'argent de côté au lieu de tout dépenser tous les mois ! Parfois, les règles les plus simples sont les plus efficaces, et pas besoin d'applications mobiles très modernes pour que ça marche...

Obtenir une carte SIM gratuitement et sans engagement : oui c'est possible !

Aucune arnaque ni aucun engagement derrière cette astuce peu connue mais pourtant très utile. En effet, vous pouvez obtenir une carte SIM parfaitement opérationnelle, capable de recevoir des SMS et des appels de manière totalement gratuite, sans engagement et sans avoir à communiquer vos coordonnées bancaires. Voici l'explication de cette astuce très pratique.


Vous avez certainement été agacé au moins une fois par un service, un réseau social ou un site internet qui nécessite de renseigner un numéro de téléphone. Si vous souhaitez avoir un numéro "poubelle" de manière gratuite et sans aucun engagement, c'est tout à fait possible ! Ainsi, vous pourrez l'utiliser lorsque c'est obligatoire (exemple : Twitter, Adsense, Facebook, etc.) pour vous prémunir de spams ou de publicités intempestives.

Pour obtenir gratuitement et sans engagement une carte SIM, voici les étapes à suivre :
  1. Allez sur le site de l'opérateur mobile Lebara puis allez dans Commander une SIM.
  2. Choisissez l'option SIM gratuite.
  3. Remplissez vos coordonnées postales qui seront utilisées pour vous envoyer la carte SIM. Il n'y a pas de frais de port avec Lebara !
  4. Attendez quelques jours voire quelques semaines, le temps de recevoir votre nouvelle carte SIM
  5. Une fois la carte SIM reçue, notez soigneusement vos codes PIN et PUK (qui permet de réactiver la carte après 3 échecs de codes PIN)
  6. Faites l'activation de votre carte SIM via le site web de Lebara : vous devrez alors renseigner vos coordonnées personnelles mais vous n'êtes pas obligé de renseigner vos coordonnées bancaires ni numéro de carte bleue. Je vous le déconseille de le faire, pour éviter ainsi toute mauvaise suprise !
  7. Attendez 15 minutes le temps que la carte SIM soit activée à distance.
  8. Mettez votre carte SIM dans votre téléphone : et voilà, vous pouvez désormais recevoir des appels et des SMS !
Cette astuce peu connue vous permet de profiter pleinement d'un numéro de portable gratuit, idéal pour valider vos inscriptions à certains services web.

Lebara propose de nombreux choix, prenez la formule SIM Gratuite

Sachez qu'il est aussi possible d'avoir une carte SIM à 0 € / mois si vous êtes abonné(e) Freebox, grâce au forfait mobile gratuit. Vous n'aurez juste qu'à payer les frais de port. L'avantage du forfait gratuit Free Mobile est qu'il contient aussi un peu de données mobiles et des heures d'appels.

SCI, SCPI, OPCI : quelles différences et comment les choisir pour son assurance-vie ?

Les SCI, SCPI et OPCI sont des notions très proches dans les placements immobiliers. Pour un investisseur particulier, il est toujours intéressant de connaitre les quelques différences mineures pour mieux investir dans ces supports au sein d'une assurance-vie. Sachez aussi que la SCI est une structure juridique qui est aussi utilisée par les particuliers pour faciliter la transmission de patrimoine immobilier.


De nombreux particuliers se questionnent sur les différences entre les OPCI, les SCI et les SCPI, et si cela doit être pris en compte dans leur stratégie d'investissement dans l'immobilier. L'objectif de mon billet est de vous éclairer simplement sur ces différents supports de placement.

Liste des fonds immobiliers disponibles dans l'assurance-vie Fortuneo

Ci-dessus, vous avez la liste des fonds immobiliers disponibles dans l'assurance-vie Fortuneo, avec leurs performances ces dernières années. Vous remarquerez que des fonds de type OPCI, SCI et SCPI sont disponibles, avec d'excellentes performances relativement proches autour d'un rendement annuel de 4 à 5 %. Sachez aussi que dans l'assurance-vie Fortuneo, si vous programmez un versement régulier, alors vous ne pourrez pas sélectionner les fonds SCPI : ils ne sont accessibles qu'en versement libre.

SCPI : Société Civile en Placement Immobilier

La SCPI est une structure juridique ancienne (qui existe depuis les années 1970) utilisée pour acheter et gérer des biens immobiliers de tout type : bureaux, commerce, logements, santé, etc. La SCPI reçoit les paiements des loyers et redistribue ces revenus aux investisseurs ayant acheté des parts.

Il existe deux types de SCPI : à capital fixe ou à capital variable. Dans une SCPI à capital fixe, un montant plafond de capital est inscrit dans les statuts de la société. Sauf en cas d'augmentation de capital, le nombre de parts est figé et leur prix est fixé selon l'offre et la demande, sur le marché dit secondaire. Si vous souhaitez vendre, cela sera à vous de trouver un acheteur, et inversement pour acheter de nouvelles parts. Les SCPI à capital fixe sont donc plus spéculatives et volatils sur le prix des parts.

Les SCPI à capital variable sont généralement plus répandues. Dans ces SCPI, la taille du capital est directement liée aux achats et ventes de parts. Vous pouvez donc plus facilement souscrire de nouvelles parts ou les vendre. Les prix des parts sont connus à l'avance, ce qui est plus rassurant pour l'investisseur. A choisir, je vous conseille plutôt les SCPI à capital variable qui sont moins risquées.

En résumé

La SCPI est un pur placement immobilier, qui offre un rendement régulier et relativement stable puisque basés uniquement sur les paiements des loyers. Les inconvénients sont que les frais de gestion et de souscription peuvent être élevés, et c'est un placement moins liquide dans le sens où il faut parfois attendre plusieurs jours (voire plusieurs semaines) pour acheter ou vendre des parts. Cela reste toutefois beaucoup plus liquide qu'acheter un bien immobilier en direct où il faut compter au minimum 3 mois !

SCI : Société Civile Immobilière

La SCI offre une structure juridique différente et beaucoup plus flexible que la SCPI. Une SCI peut être créée par un particulier ou un groupe d'associés pour se constituer une patrimoine immobilier, et le transmettre plus facilement à ses héritiers. En effet, transmettre un patrimoine immobilier en SCI signifie qu'il y a un seul gérant (désigné par les propriétaires de la SCI) qui prend toutes les décisions de gestion pour les biens immobiliers. Alors que si vous transmettez un bien immobilier de manière classique, cela signifie que vous êtes sous le régime de l'indivision et dans ce cas, tous les propriétaires peuvent prendre des décisions sur la gestion du bien (choix de l'assurance, des travaux, des locataires, etc.). En cas de désaccord, cela devient vite ingérable. Cela explique pourquoi les enfants qui ont hérité d'un bien immobilier se mettent souvent à le vendre.

L'autre avantage de monter une SCI pour gérer ses biens immobiliers est la fiscalité plus flexible : vous pouvez soit opter pour le régime de l'imposition sur les revenus, soit l'impôt sur les sociétés. Dans ce second choix, vous pouvez cumuler les gains au sein de votre société sans verser de dividendes pour payer le moins d'impôt possible, puis sortir cet argent au moment où votre tranche d'imposition est faible (à la retraite par exemple).

Beaucoup d'investisseurs particuliers se demandent s'il est préférable de monter une SCI ou faire un investissement immobilier locatif en LMNP (Loueur de Meublé Non Professionnel) à frais réel. En fait, cela dépend beaucoup de votre situation. Si la question de l'héritage ne se pose pas, alors généralement, vous avez tout à gagner à passer en LMNP. Si vous envisagez constituer un large patrimoine immobilier, avec du meublé et du non-meublé, alors la SCI est incontournable. Entre ces deux situations, il faut alors analyser et calculer le cas le plus avantageux. Ce n'est pas simple mais un expert-comptable spécialiste de ces questions vous apportera la solution sans difficulté.

La SCI peut aussi être utilisée comme un simple placement financier au sein de son assurance-vie, exactement comme une SCPI. Pour l'investisseur, c'est même totalement transparent : que ce soit une SCI ou une SCPI, l'argent placé sur un tel fonds vous rapportera de l'argent grâce aux loyers des biens immobiliers. Vous pourrez aussi acheter et vendre des parts de SCI sans difficulté au travers de votre assurance-vie.

En résumé

La SCI est une structure juridique utilisée par les particuliers pour gérer et transmettre un patrimoine immobilier à des conditions avantageuses. La SCI peut aussi être utilisée comme un placement immobilier, qui ressemble alors plus à un "fonds de fonds" immobiliers, regroupant des biens immobiliers, des parts de SCPI ou d'OPCI.

OPCI : Organisme de Placement Collectif en Immobilier

La structure OPCI a été créé récemment en 2005 pour remplacer à terme la SCPI, mais cet objectif n'a pas été atteint. L'OPCI est un produit de placement composé de 60 à 90 % en biens immobiliers (bureaux, commerces, logements ou autres) qui rémunèrent au travers des paiements de loyers. Jusqu'à 30 % de l'OPCI peut être investi dans des actifs non immobiliers purs, comme des actions de foncières cotées, des parts dans des fonds divers ou d'autres instruments financiers,. La principale contrainte qui est un désavantage selon moi, est que l'OPCI doit avoir toujours au moins 10 % de trésorerie. Cela a pour conséquence de pénaliser le rendement sur le long terme...

En résumé

L'OPCI est un placement constitué de 60 à 90 % d'immobilier, avec toujours au moins 10 % de trésorerie et le reste investi dans d'autres instruments financiers. Cela s'avère être un produit orienté immobilier mais plus diversifié, avec un rendement souvent inférieur aux SCPI et SCI. Il peut être intéressant si vous avez des craintes sur le marché immobilier, et que vous préférez être plus prudent : mais dans ce cas, il y a certainement mieux que l'OPCI pour investir.