Mon avis complet sur la LOA (Location avec Option d'Achat) : bonne affaire ou arnaque ?

La LOA (Location avec Option d'Achat) est une méthode de financement de plus en plus proposée par les concessionnaires et surtout les mandataires. Les vendeurs savent parfaitement mettre en avant les avantages : possibilité de rouler en véhicule neuf avec un faible apport, un budget soi-disant maitrisé sur le long terme, etc. Mais en y regardant de plus près, c'est toujours financièrement très mauvais de passer par une LOA plutôt qu'un prêt à taux zéro (de moins en moins proposé malheureusement) ou un achat comptant. L'idéal reste encore d'acheter un véhicule quasi-neuf auprès d'un collaborateur Peugeot ou Renault, puis de le revendre quelques années après.

Attention aux offres faussement alléchantes de LOA pour acquérir votre voiture

Si vous cherchez à acheter un véhicule neuf, vous êtes forcément tombé(e) sur ces offres alléchantes de Location avec Option d'Achat (LOA). Généralement, le mandataire ou la concession vous fait miroiter un budget maitrisé dans la durée, la possibilité de rouler toujours dans un véhicule neuf, et la possibilité de revendre votre voiture à un particulier plus chère que l'option d'achat afin de générer une petite plus-value.

Est-ce que la LOA est une bonne affaire ? Après beaucoup d'analyses, malheureusement, c'est une bonne affaire uniquement pour le mandataire ou la concession qui vous la vend. D'une manière générale, passer par une LOA engendre un surcoût très important par rapport à un achat comptant ou un prêt à taux zéro (désormais de moins en moins proposé), pour des avantages minimes et beaucoup de contraintes. Je vais vous expliquer pourquoi en détails dans ce billet.

LOA : fonctionnement et arguments mis en avant par les vendeurs

La LOA consiste à payer un loyer tous les mois à un vendeur pour pouvoir utiliser un véhicule qui ne vous appartient pas, exactement comme une location, sur une durée bien déterminée. La différence est que vous avez une option d'achat (et non une obligation d'achat) à la fin de ce contrat, qui vous permet d'acheter votre voiture à un prix plus faible. Néanmoins, il est quasiment tout le temps préférable de ne pas exercer cette option d'achat (même les vendeurs vous le diront) pour continuer la LOA sur un nouveau véhicule. En effet, prendre une LOA pour ensuite exercer l'option d'achat pour acquérir le véhicule vous coûtera bien plus cher que de l'acheter comptant dès le début. Continuer sur la LOA vous évitera une grosse sortie de trésorerie, mais sur le long terme, c'est largement perdant comme vous le comprendrez plus bas...

La LOA présente quelques avantages qui sont très largement mis en avant par les vendeurs pour vous faire craquer :
  • L'apport est généralement faible, de l'ordre de quelques milliers d'euros, même pour de très bonnes voitures (pour le haut de gamme, prévoyez plutôt 10 000 euros minimum).
  • Le budget est soi-disant maitrisé, dans le sens où vous savez à l'avance combien vous allez payer tous les mois. Mais c'est une illusion, comme vous allez le comprendre plus loin dans mon billet.
  • Vous roulez toujours avec un véhicule récent si vous n'exercez pas votre option d'achat. A chaque renouvellement du contrat de LOA, vous avez une nouvelle voiture. Vous pouvez donc facilement changer de modèles si vous le souhaitez, et adapter vos mensualités.
Malgré ses avantages indéniables, les inconvénients suivant ne doivent pas être oubliés :
  • L'apport initial doit être renouvelé à tous les débuts de périodes. Par exemple : pour une LOA sur une durée de cinq ans, le loyer initial (appelé abusivement apport par les vendeurs) doit être payé tous les cinq ans ! Ce n'est plus du tout l'esprit d'un apport traditionnel, comme dans l'immobilier par exemple...
  • Le véhicule ne vous appartient pas tant que l'option d'achat n'est pas exercée, donc vous devez en prendre soin de manière rigoureuse sinon vous risquez de payer des frais à la fin de la période de LOA. Les mandataires sont généralement bien plus exigeants qu'un client particulier quand ils devront récupérer votre véhicule.
  • Vous avez un kilométrage limité chaque année, cela est donc moins flexible et à déconseiller pour celles et ceux qui roulent plus de 30 000 km par an, à cause des tarifs prohibitifs pour les gros rouleurs.
Certains vendeurs mettent en avant le fait qu'on puisse vendre son véhicule à un prix plus élevé que son prix d'option d'achat. Par exemple : si le prix de l'option d'achat de votre LOA est de 10 000 euros, rien ne vous interdit de le vendre ensuite 12 000 euros à un particulier si vous arrivez à le trouver via Le Bon Coin, La Centrale ou autre. S'il est vrai que c'est possible en fonction de la voiture et des conditions de la LOA, vous ne ferez qu'un gain minime qui ne compensera pas le surcoût de la LOA, comme je vais l'expliquer ci-dessous.

Un surcoût loin d'être négligeable pour un confort supplémentaire faible

Psychologiquement, cela semble toujours plus intéressant de payer 200 euros par mois plutôt que de débourser d'un coup 20 000 euros... En effet, il faut attendre plus de 8 ans pour que les 200 euros par mois dépassent les 20 000 euros. Néanmoins, et c'est là où est le piège, les offres LOA exigent toujours un premier loyer. Et celui-ci est très impactant, surtout que ce premier loyer est renouvelé tous les 3, 4 ou 5 ans en fonction des offres de LOA.

Pour illustrer ce phénomène : un loyer de 5 000 euros tous les 4 ans suivi de mensualités de 200 euros revient en fait à 304 euros par mois. Au bout de 6 ans, vous aurez dépasser les 20 000 euros ! A première vue, cela ne saute pas aux yeux, mais si vous sortez votre calculatrice, vous allez vite vous en rendre compte.

Analyse détaillée sur un exemple concret

Afin de mieux comprendre pourquoi la LOA va vous coûter beaucoup plus cher sur le long terme, prenons un exemple concret : vous n'avez pas de véhicule, et vous souhaitez rouler en Peugeot 3008, moteur essence 130 ch. PureTech 1.2 , boite de vitesse automatique EAT8, finition Allure. Le prix neuf constructeur sans aucune remise sur ce véhicule est de 34 500 euros. Voyons ce que cela donne suivant les différentes possibilités d'acquisition.

→ Cas de la LOA : le coût du véhicule (hors entretien, assurance) revient à 335 euros par mois pour 10 000 km par an

Aramisauto propose actuellement une offre exclusive très avantageuse pour ce véhicule précis en LOA à 210 euros par mois. J'ai pris l'offre la plus avantageuse sans aucune garantie facultative qui sont pourtant très utile (garantie emprunteur, garantie perte financière, etc.).

Mais à cela, il faut ajouter un premier loyer de 7 500 euros, qu'il faudra payer tous les 60 mois (c'est-à-dire tous les 5 ans). Et sous cette LOA, vous ne pourrez pas rouler plus de 10 000 km par an. L'option d'achat est à 11 000 euros au bout des 5 ans, mais comme vu précédemment, il n'est jamais intéressant d'exercer son option d'achat en LOA.

Ce qui doit vous interpeller dès le début est le montant élevé de l'apport : 7 500 euros sur 60 mois, cela revient en fait à 125 euros par mois ! Soit plus de la moitié du loyer de 210 euros.

Donc si vous choisissez cette LOA, le coût du véhicule sera de 335 euros par mois, sans compter le fait que vous devez en prendre extrêmement soin pour ne pas avoir à payer de pénalités au bout des 60 mois quand vous le rendrez pour en avoir un autre.

→ Cas d'un achat comptant : le coût du véhicule (hors entretien, assurance) revient à 276 euros par mois pour 10 000 km par an

Que ce soit en concession ou en mandataire, n'achetez jamais un véhicule sans qu'il y a un minimum de remise (sauf éventuellement pour les Dacia où il n'y a pas de politique de remise en concession, ou alors très faible). Sur un tel véhicule plutôt moyen-haut de gamme, vous pouvez viser auprès d'un mandataire et de manière réaliste, 20 % de remise, ce qui revient à un achat à 27 600 euros.

Pour comparer à la LOA, il faut estimer maintenant le prix de revente au bout de 60 mois, donc après 50 000 km, sur ce véhicule. Dans une hypothèse très pessimiste et pour faciliter la comparaison, prenons l'hypothèse que vous revendez la voiture à 11 000 euros, le prix issu de l'option d'achat dans la LOA. Cela revient donc à payer 16 600 euros sur 60 mois, soit 276 euros par mois, soit 18 % moins cher que la LOA. Bien sûr, il faut avoir une grande capacité de trésorerie pour acheter le véhicule comptant, mais cela est largement gagnant sur le long terme. Même avec un prêt à un taux de 2 % est avantageux... Et encore : j'ai pris des hypothèses très avantageuses pour la LOA, et des hypothèses très prudentes pour l'achat comptant. Vous trouverez plein de situations où l'écart est bien plus important entre la LOA et l'achat traditionnel.

La LOA, c'est aussi beaucoup de paperasse qui couvre principalement le vendeur et pas le client

Au final, sur 5 ans, nous avons un surcoût de 3 540 euros de la LOA par rapport à un achat traditionnel, sur l'exemple d'un Peugeot 3008. Je vous laisserai vérifier mes chiffres par vous-même sur Internet : ce raisonnement est valable aussi pour les autres types de véhicules, que ce soit du haut de gamme ou entrée de gamme... De plus, un achat traditionnel vous évitera la fastidieuse paperasse et contrat alambiqué sans fin liés aux offres de LOA !

Et si la meilleure solution était l'achat puis la revente entre particuliers ?

En fait, il y a encore mieux comme solution pour rouler à faible coûts : acheter auprès d'un collaborateur Peugeot ou Renault puis revendre le véhicule au bout de quelques années ou à moins de 60 000 km pour éviter une décôte trop importante.

En effet, les collaborateurs Peugeot ou Renault bénéficient d'une remise importante de l'ordre de 20 à 30 %, comme chez les mandataires. Mais contrairement aux mandataires, passer directement par un particulier vous évitera les frais liés aux entreprises et autres frais de dossier. S'il existe des sites dédiés pour les ventes de véhicules collaborateurs, aujourd'hui, la quasi-totalité des offres se font désormais sur l'incontournable Le Bon Coin. Il vous suffit de mettre le mot-clé collaborateur dans vos recherches de véhicule pour cibler ces offres particulièrement intéressantes.

Généralement, les collaborateurs doivent garder leurs véhicules 4 à 6 mois minimum, puis ils les revendent, donc avec un très faible kilométrage (moins de 10 000 km) et les voitures sont dans un parfait état. C'est comme acheter neuf, avec une remise de plus de 30 % parfois !

Si on reprend notre exemple précédent du Peugeot 3008 : pour un tel véhicule, vous trouverez facilement des offres collaborateurs à 26 000 €. Si vous revendez votre voiture au bout de 4 ans, d'après les prix pratiqués sur Le Bon Coin, vous arriverez sans problème à en tirer au moins 15 000 euros, soit un coût total (hors entretien, assurance) de 11 000 euros sur 4 ans, soit 230 euros par mois ! Vous trouverez facilement des acheteurs pour des véhicules ayant un kilométrage inférieur à 60 000 km. De plus, un particulier sera bien moins exigeant et difficile qu'un mandataire ou une concession concernant les rayures ou les petits défauts.

L'autre avantage de revendre rapidement votre voiture est que vous roulez toujours en véhicule quasiment neuf, avec très peu de frais d'entretien (avant 50 000 km, vous n'avez généralement pas besoin de changer de plaquettes, de disques, de pneus ou de courroie de distribution). Et si vous regardez de près vos factures de garage, vous verrez que ce genre d'opérations peut vite vous coûter l'équivalent de plusieurs dizaines (voire centaines) d'euros par mois !

L'inconvénient de cette méthode est qu'en fonction de votre lieu géographique, vous aurez peut-être à faire pas mal de route pour avoir votre voiture : les collaborateurs Peugeot et Renault ne sont pas partout en France... De plus, cette méthode est valable pour ces deux groupes (et donc aussi les marques Citroën, Dacia, etc.) mais les collaborateurs d'autres entreprises (Volkswagen, Toyota ou autres) n'ont pas autant de remises en France, malheureusement. Ce qui laisse un choix relativement restreint pour votre véhicule...

Quid de la Location Longue Durée (LDD) ?

Il existe aussi une autre méthode pour pouvoir rouler en maitrisant son budget : c'est la Location Longue Durée ou LDD. Ce type de financement ressemble beaucoup à la LOA, à la différence près que vous ne pouvez pas acheter le véhicule à la fin du contrat. Si les mensualités peuvent être plus flexibles voire plus faibles en LDD par rapport à la LOA, cela reste un mauvais pari financier sur le long terme. Même dans le cas où il n'y a pas d'apport initial, au bout de quelques années, cela revient bien plus cher que d'acheter puis revendre.

De plus, la LDD comporte les mêmes inconvénients que la LOA : vous n'êtes pas prioritaire du véhicule, vous devez le rendre dans un très bon état sous peine de payer des frais importants et vous avez un kilométrage limité par an.

Tout comme la LOA, la LDD vous donne l'illusion de maitriser votre budget mais s'avère être un gouffre financier sur le long terme par rapport à un achat traidtionnel. Je pense que la LOA et la LDD s'adresse surtout aux particuliers dans une situation très particulière, avec peu de trésorerie disponible et qui sont obligés d'avoir un véhicule sur une certaine période, tout en ne souhaitant pas s'embêter avec l'achat et la revente.

Conclusion

Aujourd'hui, il n'est plus possible de trouver une publicité pour un véhicule qui donne son prix total. Nous n'avons que le prix mensuels, et c'est très trompeur car l'impact du premier loyer est considérable, et payer une somme modeste tous les mois peut rapidement être très coûteux.

D'expérience personnelle, la méthode la moins chère est, sans conteste, d'acheter un véhicule ayant moins de 10 000 km auprès d'un collaborateur Peugeot ou Renault, puis de le revendre avant ses 60 000 km. Cela peut paraitre fastidieux mais aujourd'hui, avec des sites comme Le Bon Coin, vous trouverez facilement des acheteurs et des vendeurs. De plus, la procédure de changement de carte grise se fait désormais intégralement sur Internet (sans déplacement à la préfecture). Cela est donc beaucoup plus simple qu'avant. Enfin, avec cette méthode, vous n'aurez jamais de frais d'entretien élevés et vous roulerez toujours dans des véhicules récents.

Attention toutefois aux modes de paiements entre particuliers : n'acceptez que les chèques en banque, et demandez à votre acheteur de vous fournir une photo dès qu'il obtient le chèque afin que vous puissiez vérifier auprès de sa banque l'authenticité du chèque. N'utilisez jamais le numéro affiché sur le chèque de banque car il pourrait s'agir d'un numéro complice.

Si la LOA est de plus en plus plébiscitée par les concessions et les mandataires, c'est parce qu'elle leur permet de générer plus de revenus et de manière pérenne dans le temps. Le consommateur est toujours perdant, et certaines LOA sont presque abusives ! Malheureusement, comme elles ne tombent pas sous la règlementation des prêts de consommation, l'opacité sur le coût total de la LOA peut tromper les clients. Donc soyez vigilant et ne cédez pas aux offres trop alléchantes...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire. Vous pouvez aussi me contacter à travers le formulaire de contact à droite.